une année en Gironde – 3

Ça y est, je viens de frapper mon premier mur: l’administration française, catégorie poids lourd, j’ai nommé, l’assurance maladie.

Selon les documents fournis par le Consulat de France pour une réintégration sympathique, chaleureuse et facile des expats’, parmi tous les papiers à régler avant de traverser à nouveau l’Atlantique, l’assurance maladie doit être traitée à part. Mais, comme la vie est bien faite, des accords ont été signés entre la France et le Québec, garantissant une véritable souplesse de traitement des demandes. Comme c’est attentionné!

Toutefois quand je suis allée faire préparer le document Q207 à la RAMQ (Régie de l’assurance maladie du Québec), j’ai reçu un autre son de cloche. Comme nous partons plus de trois mois, sans emploi, nous signons un saut en bungee administratif: nous sommes dorénavant désinscrits de la RAMQ, sans être sûrs d’obtenir la sécu. Et oui, en France, l’assurance maladie n’est pas universelle, il faut y cotiser pour en bénéficier. Or, notre fils ne pourra pas recevoir d’encadrement scolaire si nous ne sommes pas inscrits auprès de la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie). Kafka, sort de ce pays!

Cependant, nous avons aussi une bonne nouvelle, comme nous sommes Français et que nous ne savons pas combien de temps nous rentrons en France, et bien nous pourrons peut-être obtenir des aides au retour… je sens déjà la série de textes!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s