une année en Gironde – 25 pays de vignobles

On le savait avant de venir, mais maintenant qu’on y est, on le confirme: ici, il y a des vignobles partout. De Loupiac à Quinssac, de Langon à Mazères, de Sauternes à Barsac. Du blanc, du rouge, on trouve de tout dans ce pays, rarement bien loin de la maison. Et je ne parle pas des régions nord, nord-ouest de Bordeaux où on frise la surdose.  Pas de pitié pour les foies fragiles.

Petit à petit, au hasard de routes empruntées dans un but bien précis – éviter un embouteillages, aller chercher du vin de Clairet directement à la cave, acheter du canard de la coopérative Palmagri à Auros (j’y reviendrai, c’est trop bon) – nous découvrons les vignobles qui ponctuent les routes départementales.

Ainsi, au nord de la Garonne, la route serpente entre le rivage et les flancs de coteaux. Charmant, le petit village de Loupiac exhibe ses châteaux; Ils se suivent et se ressemblent: des bâtiments typiques de la région, incarnation de la bourgeoisie viticole locale. Une longue allée mène aux deux étages, murs blancs volets clos, large parallélépipède sous un toit de tuiles rondes perchés en haut des vignes. Ils sont tellement proches les uns des autres qu’on soupçonnent qu’ils se jalousent; on imagine sans peine les guerres fratricides qui les mobilisent. Sur ce sujet, je recommande de lire le premier épisode de la BD, Château Bordeaux d’Éric Corbeyran.

Nous habitons aux portes du Sauternais, pays des blancs moelleux et liquoreux. Personnellement, je n’en bois plus ou rarement. Par contre, nous avons bu au Cap Ferret, le G de Guiraud, le 2e vin du Château Guiraud situé à quelques kilomètres de Sauternes. Le G est un blanc très sec dont les parfums d’agrumes se distinguent clairement, même pour une profane comme moi. Une révélation pour nous qui ne connaissions pas les Bordeaux blancs, vendus que nous sommes aux Blancs d’Alsace. Quoique je ne refuserais jamais un Pouilly-Fuissé ou un Meursault. Ouais, moi aussi je suis capable de faire du name dropping!

Et de l’autre côté, nous découvrons l’univers des Graves – mes préférés des Bordeaux – pour ce que j’en connais à ce jour, c’est à dire pas grand-chose.

Nous continuerons nos promenades au coeur des vignobles girondins. Les vendanges se terminent. Les vignes tournent aux teintes automnales. La région se mettra bientôt en pause. Dans les supermarchés, les Foires aux vins se multiplient. Des bouteilles à 130 euros y côtoient des consoeurs à 5 euros. Des rangées complètes de vins s’ajoutent temporairement aux emplacements réservés d’habitude. Des caisses de grands crus vendues 30% à 50% moins chères. Quelques jours après l’ouverture, certaines tablettes sont déjà vides… la rançon du succès. Pour nous aider à faire des choix, l’application Gault et Millau pour IPhone est bien pratique. Elle répertorie et classe 600 vins dissociés par couleur, région et prix. Le magazine Le Point a, quant à lui, sélectionné 435 vins – dont 77 à moins de 8 euros – dans un numéro spécial très intéressant du 8 septembre 2011. Normalement, accompagnés de tous les guides et encyclopédies trouvés dans la maison et de la visite organisée d’un grand nombre de vignobles (Tout sur le vin, 260 activités autour du vin, offert par notre fille), on devrait s’en sortir.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s