Un 50 sou de trop, Josée Legault, Voir.ca

Depuis février 2012, les étudiants universitaires et collégiens du Québec sont en grève, pour dénoncer la décision du gouvernement d’augmenter les frais de scolarité de 75% en cinq ans. Tandis que le Premier ministre et la ministre de l’éducation refusent de négocier, plusieurs manifestations ont été réprimées sévèrement et la situation dégénère de jour en jour. Voici quelques textes qui invitent à la réflexion. 

*****

Cinquante sous par jour! La formule est aussi habile que trompeuse. Bienvenue au cours «Propagande 101» des profs Charest et Beauchamp.

50¢ par jour, c’est tout, promis, qu’ils disent. C’est ce que coûtera la hausse des droits de scolarité, jurent-ils, avec leur offre globale livrée par médias interposés pour la galerie et l’électorat. Une offre faite sur mesure pour court-circuiter les organisations étudiantes.

Or, en fait, avec ce nouvel étalement de la hausse sur sept ans au lieu de cinq, les étudiants finiront par payer bien plus que 50¢ par jour pour une augmentation totale des frais de 82%! La belle vie.

Dès la mi-mars, j’avançais que la stratégie de Jean Charest s’inspirait du «wedge politics» – une politique électoraliste de division importée de la droite américaine et harpérienne. Du cynisme pur.

Pourquoi? Parce qu’elle vise non pas à régler le conflit, mais à polariser l’opinion publique pour conforter la base libérale et diviser les organisations étudiantes pour mieux les affaiblir. Le tout, en faisant diversion sur une «violence» pourtant rarissime.

Et la manœuvre fonctionne. Du moins, auprès d’une part substantielle de l’opinion publique et de plusieurs commentateurs. Son seul échec: la solidarité du mouvement étudiant tient le coup!

Pour le chef d’un gouvernement usé en quête d’un solide cheval de bataille électoral, la tentation d’aller aux urnes sur le dos des étudiants est donc réelle. Mais Jean Charest osera-t-il poser ce geste ultime de division? Ça, c’est une autre histoire.

S’il le fait, il trouvera sur son chemin la vraie crise, nettement plus profonde, révélée par la grève étudiante. Cette crise étant le ras-le-bol croissant de la dilapidation continue du bien commun par un gouvernement qui, en plus, multiplient les ponctions chez la classe moyenne, les travailleurs à petits revenus et les démunis.

Comment? En haussant plusieurs tarifs sans égard à la capacité des gens de payer, incluant une taxe santé de 200$ imposée autant à la mère monoparentale qu’au PDG. En même temps, il réduit la «juste part» payée par les entreprises et les mieux nantis. La belle vie.

Sans oublier ces fonds publics dilapidés par milliards pour cause de collusion, corruption et copinage. Même le Plan Nord sent l’arnaque.

Bref, force est de constater que l’ensemble de l’œuvre est un choix délibéré. Un choix politique et parfaitement idéologique.

C’est précisément parce que les étudiants l’ont compris qu’ils sont nombreux à refuser la hausse. Certes, parce qu’ils veulent préserver l’accessibilité aux études supérieures. Mais aussi, parce que la hausse pourrait être couverte par une gestion du trésor public et des universités beaucoup plus saine, responsable et éthique.

Ce n’est donc pas que ces étudiants cherchent à «refiler la facture à d’autres», pour reprendre la novlangue gouvernementale. C’est qu’ils refusent, pour citer la présidente de la FEUQ, de «continuer à financer un bas troué».

C’est pourquoi les leaders étudiants ont raison de ne pas bouger sur les frais de scolarité. À voir comment le Québec est géré, même 50¢ de plus par jour, c’est encore un 50¢ de trop.

Ce qu’il faut aussi savoir est d’où vient cette gestion ahurissante de notre avoir au détriment de l’intérêt public. Réponse: elle participe d’une vision néoconservatrice montante. Et, comme par hasard, Jean Charest est un produit du sérail conservateur fédéral tout en étant loin d’être seul à en partager l’ADN idéologique.

De fait, cette idée de hausser les tarifs fut avancée par les fameux «Lucides» – ce groupe de douze personnalités de droite, dont le leader, Lucien Bouchard, est un autre dérivé de la C-série Mulroney.

Déjà en 2005, les Lucides proposaient, entre autres, la hausse des droits de scolarité. Et dès 2007, le gouvernement Charest les montait de 30%. C’est donc à ces 30% que les 82% de hausse étalés sur sept ans viendront s’ajouter. Ce n’est plus un dégel, c’est un vol qualifié!

Puis, en 2010-11, le ministre des Finances inaugurait sa «révolution culturelle» en augmentant une autre brochette de frais. Incluant, encore une fois, les droits de scolarité. Et jusque dans l’infolettre du Parti libéral, on ne se cachait même plus de se réclamer ouvertement de M. Bouchard.

Conclusion: face à tout ce beau monde occupé à prendre ses aises avec ce qui nous appartient, les étudiants en grève nous servent une leçon magistrale. Celle d’une résistance exercée au nom des générations à venir.

Résultat: pour la première fois depuis longtemps, défendre le bien commun ne fait plus ringard ou dépassé. Et les voix pour le dire se multiplient: familles, citoyens, profs, intellectuels, artistes, etc.

Pas mal pour une jeunesse qu’on disait désabusée, dépolitisée et irrémédiablement désengagée…

La chronique Un 50 sou de trop a été écrite par Josée Legault sur le site Voir.ca le 3 mai 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s