pnl… encore

Que serais-je sans elle ? Oui d’accord, je suis vendue d’avance. Loin de la psychanalyse, très loin. Je me moque un peu de savoir POURQUOI je suis coincée dans ma vie; je veux avancer. Retrouver mes ailes.

café

La pnl m’a aidée. Pourquoi ne pas aller plus loin ?

Sale nom : programmation neuro linguistique. Ça fait peur, ça ressemble à une secte. Ça fait peur, ça marche. Les résultats sont réels, concrets, palpables, presque mesurables. Vite.

Deux jours de découverte. C’est gratuit. J’y fonce.

– demain, combien de prénoms de participants retiendrez-vous  ?

– 3, peut-être 4, avancent les plus téméraires

Un exercice plus loin, nous avons tous retenu les 15 prénoms de nos compagnons.

Pourquoi je pense que cette approche est intéressante ?

1. elle est pragmatique. Tu as un problème, tu vas trouver une solution. La pnl va t’accompagner dans la recherche d’une solution. Le pourquoi du comment n’intéresse que très peu ceux qui encadrent ou conseillent avec cette méthode.

2. tu es le seul artisan de ton bonheur. La pnl te propose des outils: tu les utilises, ou pas. Rien n’est obligatoire, personne ne te dit quoi faire ou quoi penser.

3. tu améliores la qualité de ta communication (dans ta famille, au boulot, avec les cons). On s’entend si une relation ne pose aucun problème, pas de raison d’utiliser des approches de pnl. Mais le « fatigant » avec lequel tu es obligé de travailler, ta soeur qui te soûle à chaque téléphone, le facteur qui use de son mince pouvoir, etc. Pas le choix, ils sont dans la vie quotidienne. Eux ne changeront pas, donc soit on les subit, soit on accepte de les subir, soit on les confronte et on devient fou, soit… on développe des techniques qui nous permettent de modifier la dynamique de la relation avec ces personnes. J’adore l’idée.

4. aucun jugement. Pierre, Paul et Jacques participent à la même activité, aucun des trois ne la vit de la même manière. Aucun n’a une bonne ou une mauvaise perception, chacun appréhende une situation en fonction de lui même et de son mode de fonctionnement. Et les solutions sont uniques à chacun.

C’est couillon, mais j’aimerais apprendre à dire non. Apprendre à exprimer mon mécontentement, mon refus. Je sens que dans ma vie, en être capable serait un changement radical. Un peu comme arrêter de fumer, renoncer à fumer. Un changement radical que j’ai fait en son temps. Chaque chose en son temps. Aujourd’hui, comme à 2 ans, j’entre dans la phase du NON. Je suis lente ? À la fin de l’été, j’y parviendrai peut-être !

*****

Je n’ai aucun problème personnel avec les psychanalystes 😉 Non mais, je tiens à le préciser !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s