La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, Joël Dicker, Éditions de Fallois

Qu’est-ce qu’un block buster en librairie ? Un livre, au succès incontesté. Le truc paraît, les premiers le lisent, aiment bien, la rumeur, le bouche-à-oreille… les suivants le lisent, trouvent ça juste pas mal mais n’osent pas trop le dire… ça enfle. La honte de ne pas aimer, juste de moins aimer. Voire la fierté de ne pas aimer. Tête de gondole à la FNAC, sommet des ventes en quelques semaines : Harry Potter, Fifty Shade of Grey, et consorts. L’éditeur se frotte les mains, l’auteur encaisse (et tant mieux), le lecteur passe à autre chose.

harry

La Vérité sur l’affaire Harry Quebert. Dans les années 70, sur la côte est américaine, une ado disparaît. Malgré les recherches et autres enquêtes, impossible de savoir ce qui lui est arrivé. Près de trente ans plus tard, sur les traces de son mentor de littérature accusé du meurtre, un auteur au récent succès, remonte le fil de l’histoire et découvre toutes sorte de personnages, et une histoire d’amour impossible entre un homme de 47 ans et une gamine de 17 ans… Une intrigue parfaitement ficelée.

Dans la vie, je refuse de bouder mon plaisir. Alors oui, j’avoue, j’ai dévoré ce roman, au point de mettre plusieurs fois ma famille en retard. Mais…

Pourquoi un Suisse (l’auteur) est allé situer son histoire aux États-unis alors qu’il n’utilise pas les « codes » américains ? Comme ce nom, Harry Quebert.

D’accord, c’est un détail. Mais les personnages sont caricaturaux. La plupart n’a pas de colonne. Leurs travers sont excessifs. Les femmes sont globalement assez tartes, et les hommes, épais. Au milieu de cette connerie généralisée, l’amour d’un type mûr pour une gamine. Un amour absolu, incompris… inacceptable. Et ce n’est pas une question d’époque.

Là où Mort à Venise abordait en délicatesse les troubles des amours offensantes, ce livre reprend le sujet au gros fil. Aucune subtilité. Oui oui, le vieil amoureux s’interroge… un peu (enfin, assez pour écrire le livre de sa vie); la jeune fille elle plonge dans sa passion sans se questionner d’ailleurs, elle est amoureuse, voilà. Ou encore Mystic River. Là, on lisait en eaux troubles !

Ça se finit mal. Forcément. Les forces du bien ne peuvent que garantir la moralité, quelque soit la méthode.

J’ai refermé l’ouvrage un peu frustrée. Trop facile. la recette du block buster quoi ! À quand le film ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s