matin grognon

Il y a des anecdotes, des faits divers, qui m’énervent. J’ai autre chose à faire dans la vie que de me monter le chou avec des broutilles qui ne me concernent pas, mais quand même, je ne peux pas m’en empêcher.

En fait, j’en ai assez de ces gens – des gens sûrement bien sous tout rapport, qui attaquent quand ils sont pris à défaut.

Rita Letendre, Un reve de lumiere, 2005, Huile sur toile, 30 x 24 po.J’aime plonger dans ce Rêve de lumière de Rita Letendre (2005). Ou, quand le beau me réconcilie avec le quotidien.

Je lis donc ce matin : … les deux mamans de jeunes hommes handicapés vont porter plainte contre le centre de thalasso qui leur a refusé l’entrée… Deux trisomiques de 27 et 28 ans ont voulu aller, seuls, à la piscine d’un spa. Sauf que le règlement de l’établissement est formel, les handicapés mentaux ou moteurs sont les bienvenus s’ils sont accompagnés. Pour des raisons évidentes de sécurité, non ?

Que les mamans n’aient pas eu envie d’aller au spa avec leurs fils, je comprends. Qu’elles trouvent que c’est dur de gérer leurs grands garçons, largement adultes, en permanence, serait absolument légitime. Elles ont toutes les raisons du monde d’avoir envie de l’autonomie de leurs enfants. Qu’elles considèrent ce règlement discriminatoire, très bien. Après, elles peuvent aller ailleurs… Elles n’ont pas été prises au dépourvu.

C’est leur réaction qui me déroute et m’agace. Pourquoi attaquer en justice un établissement qui ne fait que « respecter » son règlement ? Si on roule bourré et qu’on se fait prendre, et bien tant pis, on se prend un pv. Ce n’est pas une question de justice, c’est la loi. Quand on fait le choix de ne pas la respecter, on prend le risque de payer une contrepartie. On peut remettre en question un système, mais on peut aussi aller vivre seul sur une île déserte, parce que la vie en groupe exige des règles de vie (l’humain ne respecte pas naturellement ses semblables, enfin peu d’humains fonctionnent selon l’adage soixante-huitard: la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres).

Une fois que j’ai dit ça, je passe à autre chose.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s