Les os de celui qui n’a pas atteint le garage à ovnis du Pic de Bugarach

À en lire le carnet retrouvé dans son sac à dos, il était en route pour échapper à la fin du monde.

Le pic de Bugarach, garage à ovnis. Photo: Reuters

Selon les gendarmes de Lagrasse, ces os pourraient bien être ceux d’un de ces internautes. Un quinquagénaire parti de Dordogne où rien ne garantit la vie sauve en décembre prochain, a été signalé disparu il y a onze mois par son père.

Ses os desséchés et dispersés sur une centaine de mètres carrés de garrigue ne permettent pas encore d’établir ce qui l’aura empêché d’atteindre le Pic de Bugarach (Aude).

Depuis bientôt deux ans, les internautes de l’Apocalypse assurent au monde entier que ce gros roc du maquis des Corbières sera l’Arche de Noé minérale des petits malins qui y passeront les fêtes de fin d’année. Ou du moins le 21 décembre 2012, date prévue du déluge météoritique.

Sous la montagne, se cacherait en effet un garage à ovnis, à bord desquels il sera possible d’échapper à l’enfer:

La magie des lieux a ses limites: c’est en battant la broussaille à la recherche d’une génisse égarée de son troupeau, à quelques heures de marche de ce pic, qu’un éleveur de Laroque de Fa (153 habitants) est tombé sur ces ossements.

Des os, «il y en avait un peu partout dans les taillis, raconte un enquêteur de la gendarmerie aussitôt alertée. Dont quelques-uns rassemblés sous une couverture». Le procureur de Carcassonne, Antoine Leroy explique que les dits os paraissent avoir été un long moment à l’air libre. Et que des bêtes sauvages,«sangliers ou chiens errants», après s’en être pris au cadavre, pourraient être à l’origine de leur dispersion.

«Les compteurs du sentier indiquent près de 30.000 personnes sont dejà venues voir à quoi ressemble le Pic de Bugarach. Si maintenant ils viennent y mourrir…» marmonne cet agent de la Poste du voisinage. Lequel se fait du souci pour le maire de la petite commune: «Il va finir par devenir fou avec toutes ces conneries.» La commune a édité en 2011 une carte postale signée “David Vincent”, du nom du héros de la série Les Envahisseurs. Des soucoupes volantes y survolent le Pic. Mais la dérision n’y suffit plus. «À force, les dingos, ça fatigue», souffle un élu qui exige l’anonymat.

Les analyses entreprises diront peut-être un jour de quoi le quinquagénaire du Périgord est mort. En attendant, les enquêteurs ont retrouvé, intact sur les lieux, un sac lui appartenant plein de 17.000 euros. On est jamais trop prudent quand on part en voyage.

GLv.

L’article « Les os de celui qui n’a pas atteint le garage à ovnis du Pic de Bugarach » a été publié sur le site Libetoulouse.com le 15 mars 2012


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s